21-05-2021 | FéDéRATION(S)


Sarah Lewis candidate à la présidence de la FIS

La FIS, dont l'actuel président Gian-Franco Kasper se retire après 23 ans, connaîtra la première élection contestée et virtuelle de son histoire, le 4 juin 2021.

Sarah Lewis pause avec des jeunes skieurs © DR / Collection privée SL.

A la date du 4 juin, seulement Sarah Lewis nous a fait une réponse complète. Pour suivre le congrès en vidéo de la FIS

A quelques semaines du congrès de la Fédération Internationale de Ski (FIS). La rédaction de Toutleski.com vous propose un interview des 4 candidats déclarés à la présidence de la FIS pour prendre la suite du Suisse Gian Franco Kasper. L'élection pour son président se tiendra en ligne le 4 juin 2021, elle avait été repoussée d'une année en raison de la pandémie de Covid-19.

Les 4 candidats sont : le Suisse Urs Lehmann, la Britannique Sarah Lewis et les Suédois Johan Eliasch et Mats Arjes.

Nous commençons donc cette fin de semaine par Sarah Lewis, la seule femme candidate, et la première à nous avoir répondue en français !  

Introduction

Avec le soutien de la Belgique, la Britannique Sarah Lewis est candidate à la présidence de la Fédération Internationale de Ski (FIS), la plus grande instance dirigeante des sports d'hiver au monde.

Elle pourrait devenir la cinquième et première femme présidente de la FIS, fondée en 1924 et dont les disciplines représentent aujourd'hui plus de la moitié du programme des Jeux olympiques d'hiver de Pékin 2022.

Toutleski.com : Sarah Lewis, pourquoi présentez-vous votre candidature à la présidence de la FIS ?

“Permettez-moi tout d'abord de féliciter la France pour sa saison de compétition remarquablement réussie. Celle-ci a été marquée par la formidable victoire d'Alexis Pinturault, qui a remporté le titre de champion du monde de ski alpin chez les hommes. Quel bel élan pour les prochains Championnats du monde de ski alpin FIS 2023 à Courchevel-Méribel, avec les finales de la Coupe du monde, événement test, qui auront lieu cette saison.

Et maintenant pourquoi je présente ma candidature à la présidence de la FIS, c'est parce que des associations nationales et la communauté des sports de neige et du sport mondial m'encouragent et me soutiennent activement à poursuivre cette candidature afin de représenter pleinement tout le monde.

J'ai été une athlète olympique et j'ai travaillée dans le mouvement sportif, dans l'industrie du ski et des médias, en tant que directeur d'une association nationale, coordinatrice de la Coupe continentale de la FIS et secrétaire général pendant vingt ans - et j'ai une vision pour que nous transformions la FIS en un mouvement mondial pour le ski et le snowboard.

Je peux maintenant utiliser mes compétences en tant que défenseur efficace de la FIS, de notre communauté mondiale d'associations nationales, de notre sport et de nos athlètes - en nous promouvant encore plus au sein du Mouvement olympique, dans le paysage sportif mondial et auprès de nouveaux partenaires.

J'ai également une expérience de première main pour faire avancer notre sport dans la pandémie - une situation qui est loin d'être terminée.

Il est absolument essentiel d'écouter attentivement nos associations nationales, nos athlètes et les parties prenantes de notre communauté, et c'est exactement de cette manière que j'ai façonné ma candidature - en développant la "carte des pistes de la FIS", le plan de transformation de la FIS, qui sera entièrement défini et mis en œuvre ensemble, en travaillant avec les membres de la FIS et les parties prenantes.

Je suis parfaitement équipé pour assumer les vastes fonctions de président de la FIS, je m'appuierai sur les compétences et les connaissances qui ont façonné ma carrière, et sur la diplomatie, l'intégrité, l'énergie, le dynamisme et l'inclusion qui ont fait ma réputation.”
explique Lewis. 

"Je fais maintenant ce voyage pour une seule raison - travailler ensemble pour construire une FIS qui soit pleinement représentative de la communauté mondiale du ski et du snowboard, et pleinement équipée pour nous mener loin dans le deuxième centenaire de la FIS, avec un plan clair, de la transparence et de la responsabilité.”

Toutleski.com : Pouvez-vous nous décrire votre projet à la présidence de la FIS ; Vos ambitions pour cette fédération et votre vision du ski pour la prochaine décennie ?

Sarah Lewis s'engage à transformer la FIS, en respectant et en célébrant sa riche histoire et ses traditions, pour qu'elle devienne un mouvement mondial pour le ski et le snowboard. C'est le fondement de la Carte des Pistes de la FIS - FIS Piste Map, la base de la construction de notre plan de transformation pour amener la FIS à ce niveau supérieur en tant qu'organisation moderne, polyvalente et diverse, travaillant ensemble avec les associations nationales et les parties prenantes, en tant que partie intégrante de la gouvernance et de la prise de décision. Ensemble, nous ferons plus.

Elle intégrera davantage les 135 associations nationales de ski et de snowboard membres et les athlètes dans la gouvernance, mènera une transformation pour renforcer le potentiel commercial et introduira des réformes cruciales de la gouvernance pour préparer la FIS à l'avenir.

Elle s'engage également à mettre en œuvre un fonds de récupération Covid pour les associations nationales, à renoncer à un salaire présidentiel et à introduire des efficacités financières. 

La promotion de la diversité, les initiatives en faveur des athlètes, ainsi que des grandes nations de ski et de  snowboard et des pays émergents et le renforcement de la relation symbiotique entre le ski, les sports de neige et le tourisme sont des principales priorités. L’accent est mis aussi sur la durabilité, l'environnement et l'héritage des régions de montagne qui accueillent les événements mondiaux.

"Nous entrons dans une nouvelle ère pour la FIS et le sport mondial - une ère qui exige que la FIS aborde son rôle dans une société changée, plus inclusive et plus exigeante, et une ère que la FIS doit embrasser pour la croissance, un avenir sain pour notre sport, avec nos athlètes au centre", ajoute Sarah. 

"Nous avons été présentés avec une opportunité unique - d'élire un président pour l'avenir, dont l'objectif principal est de travailler main dans la main avec les associations nationales et les parties prenantes, conduisant la FIS sur une transformation stratégique pour devenir un mouvement global pour le ski et le snowboard mondial.

"Nous avons maintenant l'opportunité de devenir une organisation moderne, polyvalente, inclusive et diversifiée - avec les nations d'élite du ski et du snowboard et les nations émergentes jouant toutes deux un rôle clé au sein de la FIS. 

"Nos organisateurs, qui ont continué à jouer un rôle de premier plan dans notre sport - y compris en ces temps difficiles de pandémie - auront également un siège à la table des décisions, tout comme nos principaux partenaires de l'industrie du ski." 

Une transformation digitale est essentielle, explique Lewis : "Développer notre sport est vital pour débloquer des opportunités de croissance par le biais d'activités commerciales avec des partenaires, ainsi que pour étendre notre exposition globale et atteindre plus de passionés dans le monde entier - nous avons tellement d'opportunités avec notre large éventail de disciplines de ski et de neige pour attirer des audiences massives."

Mme. Lewis voit également une formidable opportunité d'approfondir les relations et les activités avec l'industrie du tourisme d'hiver : "Nous avons cette symbiose passionnante avec l'industrie mondiale du tourisme de sports d'hiver. Nous pouvons exploiter ensemble les opportunités promotionnelles, mettre en relation les skieurs de loisirs avec la FIS, travailler ensemble sur des projets environnementaux et d'héritage, des initiatives d'engagement des jeunes et des appels à l'action en matière de diversité et de responsabilité sociale qui font la différence pour l'ensemble de l'écosystème des sports de neige.

La France est l'un des pays les plus avancés dans ce domaine. Elle possède une tradition et une culture exceptionnelles en matière de tourisme de sports d'hiver, et elle est également à la pointe de l'industrie du ski grâce aux véritables pionniers que sont Rossignol et Salomon, qui sont des marques et des entreprises respectées dans le monde entier."

"La lutte contre le changement climatique est également l'un des principaux défis du sport de neige", explique Lewis.

"Nous devons mettre en œuvre des actions concrètes définies par un comité de durabilité à la FIS qui examine le Manifeste de Mainau 2.0 et les objectifs de l'ONU Sport pour l'action climatique - nous devons protéger les régions de montagne qui accueillent nos événements et nos athlètes, et qui accueillent chaque année les fans de sports de neige du monde entier." 

La FIS, dont l'actuel président Gian-Franco Kasper se retire après 23 ans, connaîtra la première élection contestée et virtuelle de son histoire, le 4 juin 2021.

Le Français, Michel Vion, par ailleurs chef de la délégation pour Tokyo 2020, reste candidat au conseil de la FIS. Sa réélection semble acquise.

À propos de Sarah Lewis 

Sarah Lewis, qui s’est mis au ski à l'âge de cinq ans, a passé sa vie dans les sports de neige. 

À l'âge de 15 ans, elle s'entraînait au niveau international, devenant ainsi une "citoyenne du monde", notamment son attachement particulier et étroit à la France, puisqu'elle a étudié et s'est formée à l'Académie de ski de Moutiers dans sa jeunesse. À 24 ans, elle représentait la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques d’hiver de 1988 à Calgary.

En 2000, après avoir été directrice de la FIS pendant deux ans, elle a été nommée secrétaire générale - un poste qu'elle a occupé pendant 20 ans jusqu'en octobre dernier. 

Elle s'est donné pour mission de comprendre le paysage mondial et a participé activement à des compétitions et à des événements dans 59 nations membres au fil des ans, tout en saisissant chaque occasion de promouvoir la FIS et le sport de neige en tant que membre de la commission du programme du Comité international olympique, en siégeant à trois commissions de coordination des Jeux olympiques d'hiver et à deux commissions des Jeux olympiques de la jeunesse, et en travaillant à cinq Jeux olympiques d'hiver.

Lewis a également été secrétaire générale de l'Association des fédérations internationales de sports d'hiver olympiques (AIOWF) et présidente des observateurs indépendants de l'Agence mondiale antidopage aux Jeux olympiques de 2008 à Pékin.

En 2018, elle a reçu le titre d'officier de l'ordre de l'Empire britannique (OBE) pour ses services au sport. 

Rendez-vous sur https://fr.sarah-lewis.com/ pour consulter le manifeste complet de sa campagne présidentielle. 

A lire aussi
Dernieres Nouvelles
+ de nouvelles
Videos
News